Vaincre ses peurs en voyage.

Quand on pense voyage, on pense à des paysages grandioses, à l’aventure et à la liberté totale. Pourtant, voyager ne vient pas sans sa dose de crainte, d’appréhension et d’angoisse. Partir vers un pays étranger implique toujours un dépaysement et un ajustement. Tous les voyageurs vivent des inquiétudes à un moment ou à un autre de leur périple, c’est inévitable. Néanmoins, au lieu de se laisser paralysés par ce sentiment, ils foncent et découvrent que leurs peurs sont non fondées.

Selon le dictionnaire Larousse, voici la définition du mot peur: « Sentiment d’angoisse éprouvé en présence ou à la pensée d’un danger, réel ou supposé, d’une menace. Crainte que quelque chose, considéré comme dangereux, pénible ou regrettable, se produise. »

Voici 10 peurs à dépasser en voyage:

1. La peur de l’inconnu

Chaque personne naît dans une réalité culturelle bien précise. Nous grandissons en étant entourés de gens avec la même culture, la même langue, la même histoire, etc. L’inconnu, c’est ce que nous ne connaissons pas encore, donc ce que nous n’avons pas encore expérimenté. Un nouveau voyage, c’est totalement inconnu: nouveau pays, nouvelle culture, nouveaux aliments, nouvelles rencontres, nouveaux endroits où dormir, etc. Pourtant, l’humain s’adapte à une vitesse incroyable. De plus, il y a toujours du connu dans l’inconnu. Vous allez rencontrer des gens qui vont vous ressembler, vous allez voir des paysages qui vont sembler familiers et vous allez réaliser qu’il y a plus de ressemblances que de différences. Chaque pays a ses particularités uniques, mais nous sommes tous des êtres humains.

2. La peur du danger: « est-ce sécuritaire? »

Les pays lointains paraîssent souvent plus dangereux qu’ils ne le sont en réalité. Disons que les médias en dessinent souvent un portrait sombre et obscur. Chaque ville a son niveau de danger bien réel, mais avec du jugement et des précautions, les chances de faire réellement face à une situation dangereuse sont minces. Une fois sur place, nous réalisons que nous avions peur pour rien. Si vous restez dans les sentiers battus et que vous prenez les précautions de base, tout ira bien. Après tout, le danger existe aussi à la maison. Il est important de ne pas s’empêcher de vivre par peur de ce qui pourraît hypothétiquement peut-être arriver…

3. La peur de sortir de sa zone de confort

On est si bien à la maison, pourquoi vouloir partir voyager? La zone de confort est une zone dangereuse et surtout, restrictive. Elle nous empêche souvent de vivre des expériences humaines enrichissantes, simplement parce qu’elles sortent de ce que l’on pense être notre zone, nos goûts, nos valeurs ou ce dans quoi on est bon. C’est important de sortir de cette fameuse zone, car c’est impossible d’évoluer et de grandir en tant qu’humain en restant toujours dans notre zone de confort. C’est quand la dernière fois que vous avez fait quelque chose pour la première fois? Sortez, visitez des endroits nouveaux, rencontrez de nouvelles personnes, faites une nouvelle activité, etc. Il y a tant à apprendre et à vivre!

Zone-de-confort_une-628x356

4. La peur de perdre de l’argent

Les choix financiers découlent de nos valeurs et de nos priorités. L’argent investit en voyage n’a pas de prix. C’est de l’argent utilisé pour le développement personnel, les expériences inoubliables, du temps, de la liberté, etc. Ce n’est jamais une perte, mais toujours un gain. Il est dur de mettre un coût estimé sur un voyage, car c’est tellement variable et diférent d’une personne à l’autre. Il est priomordial de se questionner quant à notre rapport avec l’argent. Est-ce que l’argent me permet d’être plus libre ou au contraire me rend esclave? Ce que nous possédons finit toujours par nous posséder. La liberté de voyager au rythme de nos envies et de vivre passionnément chaque instant est d’une valeur inestimable.

5. La peur de perdre ce que l’on a à la maison

Pour certains, voyager est synonyme de quitter son emploi, son logement, sa famille, ses amis, ses attaches, etc. Il est normal d’avoir peur face à la perte de ce que nous possédons. Pourtant, il y aura toujours un endroit pour vivre et un travail disponible. Il n’y aura peut-être pas toujours des occasions de voyager. Si vous êtes en santé, que vous avez la capacité et le désir de voyager, allez-y maintenant. La peur ne doit pas nous faire oublier que nous sommes vivants et que nous avons une vie à vivre. Un emploi peut trouver un autre employé, un logement peut trouver un autre locataire, la famille peut rester en contact à distance et sera là au retour, les vrais amis restent, etc. Faites confiance à la vie et rêvez en grand!

6. La peur d’être déçu

Nous avons souvent une vision idyllique et idéalisée des destinations. Les photos qu’on voit nous montrent souvent qu’un seul côté: le plus beau. On peut parfois avoir peur de se retrouver dans une réalité outre mer décevante lorsque nos attentes sont trop élevées. Pourtant, on se rend vite compte que l’expérience même du voyage surpasse les attentes, car ce sont les surprises en chemin qui le rendent magique. Vous pouvez rêver d’un voyage pendant des années, mais une fois sur place, vous allez réellement expérimenter la destination avec tous vos sens: les odeurs, les paysages, l’ambiance, etc. Chaque voyage est une expérience unique et nous enseigne quelque chose de nouveau. Dans cette optique, la déception n’existe pas.

7. La peur de changer

Cela peut sembler étrange, mais changer peut en effrayer plus d’un. En voyage, les expériences vécues viennent modifier certaines manières de concevoir la vie et de nous percevoir. Nos priorités, nos valeurs et même notre personnalité peuvent changer. Il est un peu déstabilisant de sentir ce changement intérieur tout en sachant qu’au retour, les autres vous perçevront exactement de la même manière qu’avant. Vous ne voulez pas vous sentir différent des autres et parfois jongler avec tout cela peut être étourdissant. Vous aimeriez que vos proches puissent comprendre la profondeur de votre changement et vous voir comme vous vous sentez réellement à présent, mais l’idée qu’on a d’une personne a tendance à perdurer dans le temps, même si la personne change du tout au tout. Changer peut faire peur, mais l’important est de s’assumer entièrement et surtout, d’être fier de qui nous devenons et de nos nouvelles conceptions de la vie.

8. La peur de se sentir seul

Cette peur s’applique surtout aux voyageurs qui partent seuls, mais peut aussi s’appliquer à ceux qui partent en groupe, car il n’y a rien de pire que de se sentir seul quand on est entouré de pleins de gens. Tous les voyageurs ont, un jour ou l’autre, le mal du pays. Avec ce mal du pays s’ajoute l’impression d’être loin de tout et donc de tout le monde. Pourtant, dans la majorité des cas, cette peur se dissipe rapidemment pour faire place à l’extase de se retrouver soi-même et au plaisir des rencontres innatendues. Dieu seul sait à quel point elles sont nombreuses en voyage. Nous ne sommes jamais réellement seul et l’apprentissage de se sentir bien avec soi-même à l’autre bout du monde est inestimable.

50-most-inspiring-travel-quotes-of-all-time_square-568x400

9. La peur d’être jugé par ses proches

La peur du jugement d’autrui est malheureusement une peur qui détermine souvent notre vie. Nous avons peur de décevoir, d’être différent ou d’être incompris par les gens qui nous entourent. La décision de partir voyager longtemps, par exemple, peut sembler assez folle et incensée pour plusieurs personnes. Il faut se rappeller que la première personne pour laquelle nous vivons notre vie est nous-même. L’opinion des autres n’a aucune importance dès le moment où nous assumons à 100% nos choix, nos valeurs et qui nous sommes. Souvent, au contraire, ils seront fascinés par votre voyage et vous trouveront chanceux  d’avoir le courage de réaliser vos rêves.

10. La peur du choc du retour

Le retour de voyage peut être perturbant pour certains à plusieurs niveaux. L’impression d’avoir changé, mais que le reste de ce que l’on connaissait avant est resté totalement identique. Le retour de voyage est pourtant une aventure en soi. Revoir ses amis et sa famille après plusieurs mois réchauffe le coeur. De plus, les gens sont curieux et attentifs et le voyageur raconte ses nombreuses histoires de voyage pour le plus grand plaisir de ses auditeurs. Au retour, chaque élément de notre vie d’avant goûte meilleur: le confort de chez soi, nos restaurants préférés, nos activités sociales, etc.

 

Bon voyage les éphémères!!

 

À LIRE AUSSI:

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s